andelaroche

    Superficie de 2028 ha - Altitude de 338 à 534 mètres - 265 habitants environ.

    L'origine du nom de la commune vient d'Audin de Gléné, chevalier, et de La Roche-Chaffaut, ancienne seigneurie citée en 1292. La commune est un petit village connu dès l'Antiquité, situé sur la rivière Balavan. Les premières défenses, aujourd'hui disparues, remontent aux invasions Romaines. A l'origine, Ande et Laroche forment deux paroisses distinctes. Elles sont déjà réunies à la révolution. Jadis, la paroisse était centrée autour de la chapelle, dont il ne reste rien.

    Un château fort, qui a autrefois dominé la motte de Buttavant, tout près du bourg, est entièrement détruit, probablement par des mercenaires Polonais. La motte féodale de Butavant porte les traces de substructures d'un ancien château, en particulier d'une ancienne tour circulaire. En 1292, le fief appartient à un certain Audin de Gléné, et sa famille le garde jusqu'au XVIème siècle. Divers écrits font ensuite état de nombreux conflits, à cette période, entre les Gléné et les seigneurs de Châteaumorand, qui possèdent alors de vastes terres alentours.

    Le monument aux morts, situé tout près de l'église, a la particularité d'avoir, en plus de leurs noms, le portrait des enfants du village tombés pendant la première guerre mondiale.

    Pendant votre balade, vous aurez une superbe vue sur le Brionnais et le Roannais. Le Brionnais, région bocagère essentiellement tournée vers l'élevage bovin Charolais, est bordé au nord et à l'est par le Charolais, à l'ouest par la Loire. Le Roannais est entouré, pour sa part, à l'ouest par les monts de la Madeleine et du Forez, et à l'est par ceux du Beaujolais et du Lyonnais. Il s'est développé avec l'industrie du coton à la fin du XIXème siècle.