aubigny: patrimoine

    l'église saint genest

    L'église saint Genest était, sous l'Ancien Régime, une possession de l'abbaye saint Sulpice de Bourges. La construction de l'édifice primitif remonte à l'époque romane, et s'élève à l'emplacement  de constructions gallo-romaines dont on a retrouvé de nombreuses traces. La nef unique est à berceau brisé. La chapelle et la sacristie datent du XVème siècle. L'abside est en cul-de-four, percée de trois ouvertures. Elle date du XIIème siècle.

    La flèche, disposée en avant de l'abside sur une charpente octogonale, date du XVIème siècle, et fait l'objet d'une réfection en 1928. Au XIXème siècle, l'édifice est entièrement restauré sous l'impulsion du baron d'Aubigny. Il est rendu au culte en 1868 par Monseigneur de Dreux-Brézé, évêque de Moulins. Au cours de la seconde moitié du XXème siècle, la nef et le clocher, détruits par un incendie provoqué par la foudre, sont reconstruits à l'identique. Le bâtiment a été inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques en 1947.

    la statue saint roch en pierre du xvième siècle

    Le 14 octobre 1732, l'archevêque de Bourges, Monseigneur Frédéric Jérôme de la Rochefoucauld, visite l'église d'Aubigny, et demande que l'autel de saint Roch, haut de un mètre, soit meublé. Il est possible que le prélat soit à l'origine de l'enterrement de la statue du saint, l'ayant jugée en mauvais état. Cette dernière ne sera exhumée qu'en 1868, lors de la rénovation de l'édifice, et installée provisoirement contre le mur du cimetière. Soumise aux intempéries de 1868 à 1970, elle est ensuite mise à l'abri dans un bâtiment annexe. Elle ne reprendra sa place à l'intérieur de l'église qu'à la fin des travaux. Saint Roch est accompagné du chien qui lui tient d'attribut, et d'un ange. Classée par les services des monuments historiques depuis 1938. Le chien, à gauche, lui apportait sa nourriture quand, atteint de la peste, il mourrait de faim dans une forêt en Italie. A droite, un personnage a été rajouté. Il s'agit de l'ange qui lui pensait ses plaies.



    le vitrail de jeanne d'arc, de 1909, du maître verrier lorrin, et dessiné par lionel roger

    En 1909, au moment de la béatification de Jeanne d'Arc, Monsieur De Charrette fait placer dans l'église un vitrail dessiné par l'un de ses amis, comme lui ancien zouave pontifical et grand admirateur de la pucelle d'Orléans. Au bas du vitrail figure le passage de celle-ci à Aubigny. Sur le panneau supérieur sont représentés des personnages de l'époque, en particulier le général De Charrette, qui commandait les zouaves pontificaux à Patay. Ce vitrail est divisé, dans le sens de la hauteur, en trois sections. La partie supérieure, cintrée, est occupée par la gloire de Jeanne d'Arc. Au-dessous, les armes de Pie X, et la date de béatification: 18 avril 1909. A noter dans les armes de Pie X le lion de saint Marc, souvenir de son passage à Venise comme Patriarche, et que l'on retrouvera dans les armes de Jean XXIII. Autour du cintre, court une banderolle portant ces mots: "Bienheureuse Jeanne d'Arc, obtenez du Sacré-Coeur le salut de la France".

    La partie centrale est séparée en deux panneaux. Celui de gauche rappelle la victoire de Patay du 18 juin 1429, et porte au bas les armes personnelles de Jeanne d'Arc: la colombe tenant un phylactère sur lequel est écrite la devise: "De par le Roy du ciel". La partie de droite représente la charge des zouaves pontificaux à Patay, le 02 décembre 1870 et porte au bas les armes pleines de France. La partie inférieure montre Jeanne d'Arc s'avançant avec sa petite escorte vers l'église d'Aubigny. Au bas, les armes accouplées des Charette et des Bourbon. Dans le couloir gauche, les armes des d'Aubigny. Dans celui de droite, les armes de Monseigneur Lobbedey, évêque de Moulins.

    le manoir de roche

    Le manoir de Roche, du XVIIème siècle, est un ensemble rural caractéristique du bocage Bourbonnais avec, disposés autour de la cour, la maison de maître en face de l'entrée, et les communs construits de part et d'autre perpendiculairement au bâtiment d'habitation. Le corps de logis est un long bâtiment à un seul niveau de comble, flanqué sur un pignon d'un pavillon rectangulaire plus récent, aligné en façade. De l'autre côté, une petite construction est installée en retour d'équerre.

    le château de réray

    Ce château, doté d'une chapelle, est néogothique et date de 1884. La manoir antérieur fut détruit en 1883. Les religieux bénédictins de Saint-Wandrille y trouvèrent refuge pendant la première guerre mondiale. Le pigeonnier rond est la construction la plus ancienne. Il porte une date en épigraphe: 1726.

    le château d'aubigny

    Le château d'Aubigny est entouré d'un parc, et date de la fin du XIXème siècle. Il a davantage l'aspect d'une grosse maison bourgeoise que d'un château. Il a remplacé, conformément à une habitude de cette époque, la demeure des anciens propriétaires, qui se trouvait probablement à l'emplacement des communs actuels situés tout près.