Vos randonnées dans l'allier autour de chapellemontagne

    la chapelle

    Superficie de 2110 ha - Altitude de 331 à 586 mètres - 377 habitants environ.

    La seigneurie du village, qui s'appelait jadis Chapelle-en-Montagne, était aux mains des abbesses de Cusset. Ce sont elles qui ont fait ériger l'église Saint-Cosme et Saint-Damien. Elles percevaient les bénéfices du culte, et nommaient le prêtre de la paroisse, mais la justice dépendait de la prévôté de Cusset. Un curé consigne en 1694, sur le registre paroissial, une terrible famine qui ravage le village et décime un tiers de la population. Ci-dessous, monument commémorant le tricentenaire de la fondation de la commune (1666-1966).

    Le pont médiéval et massif, ci-dessous, enjambe le Sichon qui, avec ses affluents le Jolan, le Mansan et le ruisseau des Eaux-Blanches, parcourt le territoire communal. L'ouvrage monumental conduit au Moulin-Chavan, sur la commune d'Arronnes. Son tablier en dos d'âne repose sur deux arches cintrées. L'une d'entre elles franchit la rivière. Une petite arche sur la rive permet le passage des piétons.

    On trouve dans la région un grand nombre de croix en fonte, ornées de personnages. Ci-dessous, le Christ est représenté entouré de chérubins et de séraphins. La colombe de l'Esprit-Saint surmonte l'ensemble.

    La ferme, au XIXème siècle, constitue une maison-bloc, caractéristique de la Montagne Bourbonnaise. A la partie habitation, éclairée par une fenêtre, font suite suite la grange, l'étable et un appentis, le tout couvert d'ardoises, type de couverture qui a remplacé la chaume. Les bâtiments de la ferme sont dissociés, et le pain était fabriqué dans un fournil de plan rectangulaire ouvrant sur le four qui forme une excroissance semi-circulaire. Il est assez fréquent en Bourbonnais que le fournil forme un bâtiment indépendant des corps de ferme.

    La grange-étable regroupe plusieurs fonctions: stabulation du bétail, stockage des produits, rangement du gros matériel. L'étable occupe le rez-de-chaussée et, au-dessus, se fait le stockage, les céréales étant aérées grâce aux petites ouvertures sous le toit. La grande porte qui occupe toute la hauteur du bâtiment permet de rentrer des machines agricoles de taille importante. Le toit à deux versants est aujourd'hui couvert de tuiles mécaniques.

    Dans les années 20, furent découverts sur la commune des silex, des fragments de poterie, dont un portant une inscription, des morceaux d'argile cuite avec empreintes de branchage. Au hameau de Cluzel, se trouve un souterrain où ont été mis à jour des débris nombreux de poterie ainsi qu'un bloc calcaire portant deux inscriptions.

    Le lieu-dit des "Palisssards-la-Faye" présente encore les traces d'une ancienne motte féodale, ainsi que d'autres vestiges de fortification. Cette motte a pu être le siège de l'ancienne maison et seigneurie de La Faye, pour lesquels Pierre de la Faige, damoiseau, rend hommage, en 1300, au sire de Bourbon.

    Au petit village de Pouthier, la tradition perpétue le souvenir d'un ancien château. Il n'en reste aucune trace, hormis quelques substructures de forme carrée, qui pourraient avoir été l'emplacement d'une ancienne fortification.