cindré

    Merci à Monsieur BEURRIER Philippe pour son aide précieuse et sa disponibilité

    Superficie de 2263 ha - Altitude de 254 à 342 mètres - 324 habitants environ.

    La découverte de monnaies Gallo-Romaines témoigne de l'ancienneté du site, traversé par une voie Romaine. Jusqu'à Louis XIV, et parfois même Louis XV, les voies Romaines constituent l'essentiel du réseau routier local. Des sites Gallo-Romains ou médiévaux, souvent bâtis sur des fondations plus anciennes, jalonnent ces routes.

    La mention la plus ancienne du château de Cindré, alors château fort, date de novembre 1217. A cette époque, le comte Hervé de Nevers en rend hommage à l'évêque de Clermont. En 1319, c'est Odon de Semur qui se trouve à la tête du lieu, mais seulement en partie, car la terre est dédoublée jusqu'en 1400.

    Se succèdent ensuite les Pioche et les Montjournal, jusqu'en 1687, date à laquelle Jean de Lingendes achète le fief. Son fils, maire de Moulins, vend le domaine à Guillaume le Noir, écuyer et secrétaire du roi. Lors de la guerre de Cent Ans, Louis II de Bourbon, de retour d'Angleterre, s'empresse de chasser les Anglais du château de Puyfol. Vers 1860, le domaine de Cindré appartient au comte de Châteauneuf-Randon et, le 08 août 1908, son petit-fils apprend que le donjon du château s'est écroulé.

    Pour avoir une idée de l'allure remarquable de ce donjon, il faut s'imaginer qu'il avait 13 mètres de côté à la base, divisé en quatre étages planchéiés, soutenus par des corbeaux. L'entrée se faisait par une porte à assommoir donnant sur un escalier ménagé dans l'épaisseur du mur. La partie supérieure des angles des murs était pourvue d'échauguettes soutenues par des encorbellements percés de deux mâchicoulis. Certaines fenêtres étaient munies d'"oreillettes" latérales pour protéger contre le tir de flanc.

    Le château de Cindré se distinguait également par son décor intérieur. Au XIXème siècle, on pouvait encore y voir une partie des peintures murales du XIIIème siècle, représentant une joute où s'affrontaient vingt cavaliers pendant qu'un musicien rythmait le combat au son de la trompette et du tambour.

    La margelle du puits ouvert ci-dessous déborde très peu. Elle sert de support à un portique de pierre sur lequel est fixé un treuil. Il s'agit d'un cylindre de bois traversé par un axe métallique, terminé par une manivelle. La chaîne et l'agrafe pour accrocher le sceau sont encore en place.

    le château de cindré

    anciens bâtiments et vestiges de cindré

    Photos ci-dessous: maison de 1874.

    Ancienne école de garçons, aujourd'hui école communale.

    Ancienne école de filles, aujourd'hui la mairie.

    Ancienne cantine scolaire.

    Anciens bureaux postaux.

    Ancien hôtel du parc.

    Photos ci-dessus et ci-dessous: les anciens lavoirs.



    Photos ci-dessous: l'ancienne voie du tacot, et ci-dessus, l'ancienne gare.