gennetines: patrimoine

    église saint marcel

    L'église saint Marcel, d'origine romane, citée dans une bulle du pape Urbain II en 1097 (Ecclésiam de Genestinis), comporte des vestiges du XIIème siècle.La nef rectangulaire, recouverte de lambris cachant la charpente, est remaniée aux XVème et XVIème siècles. L'édifice est prolongé par une abside à chevet plat.

    Le clocher date des travaux de 1844, qui surviennent à la suite des plaintes déposées par le curé, en 1837, concernant l'état de vétusté de l'église. La refonte de la cloche cassée, et la réfection du lambris sont alors entrepris.

    La pierre tombale de Guillaume du Thonin, ci-dessus, brisée en deux parties, est scellée dans un mur de l'église. Elle porte gravé, un texte en lettres capitales gothiques, qui évoque le souvenir de Guillaume du Thonin, mort le 01er mars 1261: "MESSIRE GUILLAUME DU THONIN GIST ICI LUI FACE DIEUX BONE MERCI POR SON AMME ET POR LES VOSTRES A DIEUX VOS PASTERNOSTRAS EN L'AN DE L'INCARNATION MCCLXI TREPASSA LE PREMIER JOUR DE MARZ."

    Les du Thonin, qui font partie des plus anciens seigneurs de la région, ont disparu au début du XIVème siècle. En 1902, cette pierre tombale est classée Monument Historique. Elle est ornée de l'effigie du défunt, représenté en chevalier habillé d'une cotte de mailles, d'une tunique, et d'un manteau, avec au-dessus de sa tête une arcade trilobée gravée (photos ci-dessous).

    Ci-dessous, ses pieds reposent sur un lion, symbole de force et de courage. Plus bas, une épée et un écu sont placés sur sa gauche, et deux anges portant des encensoirs de chaque côté de sa tête.

    La Vierge à l'Enfant, ci-dessous, haute de 60 cms, est une statue constituée en bois polychrome. L'attitude de la Vierge, debout, tenant l'Enfant Jésus sur le bras gauche, et portant son regard sur sa droite, permet de dater cette statue comme étant du XVIIIème siècle. Plus bas, un tableau peint par M. Gaudin, représentant la "Sainte-Famille", accordé par le Ministre de la Maison de l'Empereur et des beaux-arts en 1866.

    la maison des thonins

    La maison des Thonins ci-dessous est construite par les Bernardines de Moulins, qui restèrent sur le domaine jusqu'à la révolution. Elle se dresse sur  l'emplacement d'une ancienne motte féodale, nivelée au XIXème siècle. L'ancienne grange "dîmale" a disparu au cours du XXème siècle. La seigneurie de Thonin fut sans doute la plus ancienne de Gennetines. C'est une belle et longue maison basse à rez-de-chaussée et niveau de comble. Le corps principal rectangulaire est flanqué d'une tourelle prise en maçonnerie en façade, coiffée d'un toit pyramidal à quatre pans, alors que l'aile droite reçoit un massif pavillon carré à deux niveaux couvert d'un toit en pavillon.

    maison à colombage

    Cette maison à colombage serait un ancien relais de poste. Situé à proximité immédiate du château de Panessières, elle ne comporte ni grange, ni écurie. L'ensemble des bâtiments sont inscrits par arrêté du 13 février 1979.

    le château de pannessières

    Le château de Pannessières est une demeure rectangulaire du XVIIIème siècle, bâti à partir de pierres et de crépis rappelant les caractéristiques de l'architecture civile du Bourbonnais. Ce bâtiment se compose d'un corps de bâtiment à un étage, accompagné de deux ailes latérales à un seul niveau, auxquelles des constructions agricoles ont été ajoutées sur les façades opposées à la cour d'honneur. Chaque étage possède sept ouvertures, dont la porte principale au rez-de-chaussée. Une pierre aurait été scellée dans la façade ouest de ce logis afin de rendre hommage à Jean-Baptiste, initiateur de l'édifice. Ce dernier fut guillotiné à Paris pendant la révolution Française.

    la maison forte du breuil

    La maison forte du Breuil est un logis rectangulaire, bas et long à un seul niveau, qui comporte une chapelle néo-gothique. Avec son toit à quatre pans, ses fenêtres à petits carreaux, et ses entourages en pierre de grès, il présente de nombreuses similitudes avec les autres bâtiments du même type de la région. Il a conservé des combles élevés, peut-être vestiges du XVème siècle, percés de deux lucarnes. Le Breuil est un ancien domaine qui avait pour centre un château perché sur une motte entourée de fossés. Il fut détruit après 1830, et ses matériaux furent utilisés pour la construction du bâtiment actuel.

    le château des bordes

    Le château des Bordes est une ancienne maison seigneuriale, entouré de murs, transformée en habitation plus confortable au XVIIème siècle.  C'est un bel ensemble avec maison de maître et communs à lucarnes de bois et belvédère, installé dans un grand parc arboré, où se dresse une chapelle néo-romane, dont la façade rappelle celle de l'église paroissiale.

    le château des péchins

    Le château des Péchins est une maison bourgeoise avec tour carrée en façade, construite en briques rouges au XIXème siècle. Il portait le nom de Château-Peschin.