ISSERPENT: le sol sanglant

    A Isserpent, le lieu-dit "Terres Rouges" doit son nom à son sol qui a été coloré par les flots de sang qui y ont coulé. On raconte qu'une grande bataille s'est livrée en ce lieu entre les gens du seigneur du Breuil et ceux d'Isserpent, pour délimiter des possessions et faire cesser des droits seigneuriaux auxquels les villageois voulaient se soustraire. Le combat fut terrible. On lutta tellement qu'il ne resta debout que deux guerriers qui finirent par s'entretuer malgré leurs blessures. C'est tout ce sang versé qui a rougi le sol, et ces taches ne disparaîtront jamais.

    Selon une autre légende, il y avait autrefois eux châteaux sur le sommet du Roc Saint-Vincent. Les seigneurs qui y vivaient étaient très craints, car ils pillaient et rançonnaient tout le voisinage. Grâce à leurs méfaits, ils avaient accumuler une richesse considérable qu'il cachait dans un vaste souterrain creusé sous le Roc Saint-Vincent. Mais, cela ne leur suffit pas. Ils décidèrent de voler, en plus, les récoltes et le bétail des habitants d'Isserpent. Ils sortaient à peine de leurs châteaux, qu'à la montée de Mounier, leurs deux chevaux furent foudroyés. Cet incident semble de mauvais présages aux deux guerriers.

    Arrivés aux "Terres Rouges", ils se trouvent face à face avec les seigneurs du Breuil et d'Isserpent qui, prévenus de leur venue, les attendent en armes. Le combat qui s'ensuit est terrible, et les deux seigneurs en sortent vainqueurs malgré qu'ils furent en infériorité numérique. Sur le chemin du retour, ils se disputèrent au sujet du partage du butin et de la valeur respective des guerriers. Ils en vinrent aux armes, et le seigneur du Greffier est grièvement blessé. Le sire de Pyramont, aveuglé par l'orgueil, s'écrie qu'il ne craint aucun chevalier au monde, et qu'il se sent capable de battre Satan lui-même.

    A peine avait-il fini sa phrase, il entend le son d'un cor et voir s'avancer vers lui un chevalier armé de toutes pièces, qui semblent surgir des entrailles de la terre. Au premier choc, le sire et son cheval roulent au sol. Le chevalier fantôme descend de sa monture et enfonce son épée dans la poitrine du seigneur de Pyramont. Puis, il s'évapore comme il était apparu. Depuis, le champ a conservé la couleur du sang qui y a été versé. Parfois, les voyageurs crient entendre le son d'un cor et voient apparaître dans la brume un chevalier armé de toutes pièces qui semble attendre un adversaire. Personne n'a eu l'audace, jusqu'à aujourd'hui, de vérifier s'il s'agissait d'une simple hallucination.

    isserpent: la pierre qui danse

    La "Pierre qui danse" ou "Pierre qui tourne" est un énorme bloc de granit brut ou mégalithe, s'élevant à 3 mètres au-dessus du sol et d'un poids de 17 tonnes environ. Cette pierre n'a rien d'un monument druidique, mais elle est tout simplement un témoin géologique dont la légende s'est emparée pour imaginer en ce lieu le rendez-vous des fées ou Fades. Ces dernières la visitaient la nuit et entraînaient dans des rondes folles les âmes des "filles de mauvaise vie". Quand les cloches annonçaient la messe de minuit, la pierre se mettait à danser.

    isserpent: vues pendant le circuit