le breuil: patrimoine

    la maison regnaud

    C'est une ancienne maison des dîmes, dernier témoignage du passé, à l'exception de la chapelle, est constituée d'un corps de logis de forme carrée, flanqué d'une tour ronde à toit en terrasse couronnée de balustres. Lors de l'abandon du vieux château du Breuil, la justice du lieu fut rendue dans cette petite maison forte de la fin du XVème siècle, qui portait le nom de "vieux château". Une énorme grange, dite "des dîmes", se dressait en ces lieux, avant d'être démolie au XIXème siècle. La porte Renaissance d'une seconde tour, maintenant condamnée, est marquée aux armes, à demi effacées, de la famille de Vienne. Une famille Regnaud a longtemps possédé la maison qui porte son nom.

    l'église sainte-anne

    C'est un édifice roman qui cesse d'être l'église paroissiale en 1911, la municipalité de l'époque y étant opposée. Des particuliers construisent alors une église à l'entrée nord du village, sur l'ancienne motte féodale. La chapelle est transformée en dépôt de ferraille et autres déchets, jusqu'à ce que la municipalité permette sa restauration. La charpente de la large nef est soutenue par quatre colonnes à chapiteaux, et le clocher par deux colonnes alternées sur lesquelles se trouvaient jadis la cloche, emportée par les Allemands, et une croix en fer forgé. A l'intérieur, un escalier en pierre de Volvic allant au clocher et un bénitier en pierre sont visibles. Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques en 1927.

    La Vierge à l'enfant, ci-dessous, est une sculpture en pierre calcaire polychrome caractéristique du XVème siècle Bourguignon. Classée Monument Historique le 23 décembre 1918. Plus bas, la Vierge Marie a le visage d'Antoinette Taillardat, née Talabart en 1900. Elle avait alors douze ans.

    L'autel ci-dessous, des XVIIème-XVIIIème siècls, de marbre blanc, est d'une période très postérieure à la chapelle. Les matériaux utilisés, ainsi que la très fine facture de la sculpture en sont les caractéristiques.

    escalier en pierre de volvic et bénitiers en pierre

    le tombeau d'alix du breuil

    La pierre tombale ci-dessous, de l'époque gothique, est celle d'Alix de Breuil, épouse d'Aycelin, seigneur de Montgilbert. A la fin du XIIIème siècle, Le Breuil est possession de celle-ci. Avant de décéder en 1300, Alix du Breuil offrit, paraît-il, en toute propriété, ses terres aux manants du pays. Cette sépulture, selon Roger de Quirielle, est l'une des plus belles gravées de l'époque gothique.

    Une représentation de la défunte est gravée sur la pierre, les mains jointes et les pieds reposant sur un chien. La pierre est encadrée d'une arcade ogivale et ornée de deux écussons. Ceux-ci, ainsi que le visage de la défunte et le chien étaient incrustés de pierre, plus claire, détruites à la révolution. Une inscription peut être traduite ainsi: "Ici repose notre dame Alix de Breuil autrefois épouse d'Aycelin, chevalier, seigneur de Montaigut. Elle mourut le jour de sabbat (le samedi) après la fête de la nativité de la bienheureuse Vierge Marie, l'an du seigneur 1300. Que son âme repose en paix". Classée Monument Historique en 1927.

    autres statues et vestiges

    maison de maître de beaupoirier

    Il ne reste plus grand chose de l'ancien château, sinon quelques vieux murs. Le bâtiment actuel de Beaupoirier est une gentilhommière du XVIIIème siècle, composée d'un corps principal de bâtiment relativement bas à deux niveaux et de forme rectangulaire. La façade est flanquée d'un petit pavillon carré à l'ouest, et d'une tour ronde à l'angle est, couverte d'un toit conique.

    le château de la chaise

    Le château primitif de la Chaise a disparu. Le château actuel est une construction du XVIIIème siècle qui en a hérité l'ordonnance classique. En effet, au XVIIIème siècle, l'ancienne construction abandonnée fut transformée en une habitation plus confortable. Au milieu de la cour du domaine, se dresse un monticule sur lequel s'élevait jadis la château de la Chaise. Il est cité une première fois en 1380. Sa cave, encore en bon état, est accessible par un escalier de chaque côté, et est surmontée d'une voûte en ogives.

    personnalité(s) du breuil

    antoine brun (astronome)

    Antoine Brun est un instituteur et astronome amateur Français, né à Saint-Quentin-sur-Sioule dans le Puy-de-Dôme le 28 mars 1881 et mort au Breuil le 06 janvier 1978. Ses travaux, portant notamment sur la cartographie des étoiles, l'ont fait reconnaître par les milieux scientifiques de l'astronomie en France et à l'étranger. Il fut aussi maire du Breuil et conseiller général du canton de Lapalisse.