lusigny: patrimoine

    gentilhommière des fougis

    Ancienne propriété d'une communauté agricole installée pour la mise en valeur de la région. Les Fougis ont été reconstruits à la fin du XIXème siècle, et une importante maison de maître a remplacé les anciens bâtiments.

    gentilhommière des laurents

    Date de la fin du XIXème siècle, et a succédé à des bâtiments plus anciens. Le corps de logis principal est flanqué de deux tours rondes aux angles. Ses toits sont en ardoise, et ses terrasses en marbre du Portugal. Une belle grille de clôture délimite la propriété, dont un joli portail permet l'accès.

    la maison forte de mimorin

    La maison forte de Mimorin est une maison de maître sur motte, jouxtée d'une grange à pans de bois. Le porche est située sur la motte, et la maison est faite de briques bicolores et losangées. A l'étage, la loggia est couverte de parois à pans de bois, et une large toiture couvre les combles élevés.

    la maison forte d'orvalet

    C'était un manoir de l'ancienne paroisse de Saint-Pourçain-Malchère, dont subsistent deux tours rondes à lanternon, rappelant le tracé d'une ancienne enceinte. Le colombier, le pavillon et le corps de logis sont visibles.

    château de pomay


    Cette habitation, privée non visitable, date de Louis XIII. C'est un édifice construit de briques bicolores à motifs décoratifs losangés, et flanqué de deux tours rondes, dont une comporte un campanile.

    Le corps de logis , de plan rectangulaire, est épaulé de deux pavillons carrés. L'ensemble est à deux niveaux, et le niveau de comble est coiffé d'un toit élevé, percé de lucarnes.

    Une ancienne construction est marquée par deux tours isolées. Les communs et les douves délimitent la basse-cour.

    L'accès est guidé par une belle allée d'arbres, et un élégant portail en fer forgé. Classé monument historique en 1947, Madame de Sévigné s'y séjourna en 1676.    

    Photo issue d'internet.               

    personnalités

    Emerick DARBELET (Né le 04 août 1973)

    Né à Moulins, Emerick Darbelet fut footballeur professionnel.

    Milieu de terrain, il a été finaliste de la Coupe de France en 2001 avec Amiens, et Champion de Ligue 2 avec l'AC Ajaccio.

    Photo issue d'Internet




    François de GROSSOUVRE (1918-1994)

    Industriel et proche conseiller du Président François Mitterrand, avec qui il se lia d'amitié en 1959, François de Grossouvre était issu d'une famille originaire du Bourbonnais (photo issue d'Internet).

    Il acheta une propriété dans l'Allier, à  "Trévesse", à quelques kilomètres de l'aérodrome de Montbeugny, où il s'adonna à ses deux grandes passions: l'équitation et la chasse.

    Surnommé "l'homme de l'ombre " ou "le Duc de Guise", il travailla dans l'ombre du Président, et devint, en 1974, le parrain de Mazarine Pingeot, fille cachée, à l'époque, de François Mitterrand, et secret bien gardé.


    Il jouera un rôle clé pour le financement des campagnes électorales de François Mitterrand en 1965, 1974, et 1981. Une fois le Parti Socialiste au pouvoir, il est chargé de mission auprès du Président, et se voit confier les problèmes de sécurité et les dossiers sensibles.

    François Mitterrand effectuera deux visites "officielles" dans l'Allier, en 1984 et 1990. Il fut notamment le témoin de la fille de François de Grossouvre, Nathalie, le jour de son mariage.


    Il en fit beaucoup plus à titre privé, et ce, dans la plus grande discrétion. Ses visites privées, voire secrètes, avaient pour finalité de rencontrer sa fille cachée Mazarine. Et c'était l'autre fidèle du Président, Michel Charasse, qui amenait cette dernière de Clermont-Ferrand, où elle vivait avec sa mère, Anna Pingeot.

    Les années passant, la maladie du Président s'aggravant, Mazarine grandissant, les visites s'espacèrent progressivement, mais François de Grossouvre restait un ami fidèle du Président.

    Mais leur amitié ne résista pas aux années, et ses relations avec François Mitterrand se détériorèrent peu à peu.

    François de Grossouvre se suicida, dans des conditions encore de nos jours mystérieuses, le 07 avril 1994, dans son bureau d'une annexe de l'Elysée. Le dernier voyage de Mitterrand dans l'Allier eut lieu le 11 avril 1994, jour des obsèques de François de Grossouvre, dans une ambiance glaciale entre le Président et la famille du défunt. François de Grossouvre repose au cimetière de Lusigny.

    C'était la première fois, dans l'histoire de la République, qu'un collaborateur du chef de l'Etat mettait fin à ses jours dans le palais présidentiel. L'enquête judiciaire, écourtée et peu sérieuse, conclut à un suicide. Depuis, plus de vingt ans après les faits, des soupçons d'assassinat planent toujours autour de la mort de François de Grossouvre.