monétay-sur-loire: patrimoine

    VOIE ROMAINE et vieux chemins

    Cette route comprenait quelques voies secondaires. En effet, le Docteur Baillau notait dans son journal en 1875 qu'une "voie Romaine passait en-dessous du domaine de la Font-Du-Creux" et allait "jusqu'en dessous du cimetière de Saint-Léon". Il est donc possible que, dans ces environs, la voie se dédoublait. La branche de gauche se dirigeait vers la Loire par Saligny-Sur-Roudon et Diou jusqu'à Bourbon-Lancy. L'autre partait en direction de Monétay-Sur-Loire. N'oublions pas que Monétay-Sur-Loire est d'origine Gallo-Romaine comme son nom l'indique: Monastério Super Ligerim, et qu'un prieuré (même si son existence n'a jamais été prouvée), y fut fondé au premier siècle.

    L. Fanaud, dans son ouvrage "voies Romaines et vieux chemins en Bourbonnais" fait passer cette voie sur le domaine des Forges , puis par le plateau de Chantemerle "où son parcours trace un sillon profond par Francillon et les Ronzards, et descend vers la Loire par le bois des Forges". Aux lieux-dits actuels des Bizets, des Ronzards et des Pincots, existait le hameau de Villette construit au milieu de débris antiques. Il se trouvait à l'est d'une motte du même nom, dont l'origine Gallo-Romaine est possible. Ce village disparu se voyait traverser par cette voie.

    Page 224 de ce même ouvrage, il est cité le lieu-dit le Château-Vert. Etait-il également à proximité de cette voie? Le nom vient-il d'un castellum détruit? Rien ne l'affirme. Le Docteur Baillau, de nouveau, affirmait que cette voie Romaine allait de Treteau à la Loire en passant par Monétay. Propos confirmés par Monsieur Méplain, qui lui-même déclarait "avoir reconnu plusieurs points d'une autre voie qui se détachait de la voie principale pour atteindre Diou".

    Dès lors, il est probable qu'à Coulanges, au lieu-dit Talenne, partait une route secondaire qui passait tout près de la Forêt (restes de buttes Gallo-Romaines), et au sud de Montourmentier, pour se diriger sur le camp de César au Pin.

    le château de champouret

    Le château de Champouret fut bâti en 1862 sur une éminence. Cet édifice est quadrangulaire à un étage (deux sur l'autre face), et couvert d'un toit brisé éclairé de lucarnes.

    le château des guerreauds

    Propriété de la famille Régnaud depuis sa construction dans la seconde moitié du 19ème siècle, le château des Guerrauds est un bâtiment simple, composé d'un corps de logis rectangulaire à un étage et toit d'ardoise. Il est également flanqué sur chacun des petits côtés de deux pavillons carrés, à trois niveaux, qui débordent en hauteur le logis principal. Ce dernier reçoit en façade un avant-corps à fronton triangulaire. Un parc arboré sert de cadre à cet édifice.

    l'église saint-sulpice

    L'église Saint-Sulpice, nommée également église Saint-Pierre-Aux-Liens, elle fut construite en 1895 à la place d'une ancienne chapelle.

    A l'intérieur, trônent une statue rarissime de Saint-Sulpice en pierre et un Piéta du 19ème en plâtre polychrome du gothique tardif. Un clocher, abritant cinq cloches, a été rajouté en 1901. Ce dernier n'est pas tout à fait vertical, car penchant côté Nord-Est.

    Vue de la place de l'église
    Clocher penchant Nord-Est

    Une inscription, gravée sur une planche du plafond nous apprend qu'en 1689, la voûte avait été "lambrissée de planches de sapin aux frais et par les soins de Messire Claude Raymond, curé de la paroisse": "Jacobus Artaux me laques contabulavit, sumptibus vero et opere Domini Claudii Raymond hujus parochioe rectoris anno Domini 1689".

    la motte castrale

    La motte castrale de Montourmentier, haute de 7 mètres, d'un diamètre de 41 mètres à sa base, et de 25 mètres à son sommet, elle est entourée d'un fossé de 11 mètres de large sur 2 mètres de profondeur. La basse-cour est maintenant occupée par une ferme. Il se dit  que l'arbre trônant à son sommet indique l'emplacement du donjon. Les clichés ont été pris grâce à l'aimable autorisation de Monsieur Patrick Berthier.

    Ci-dessous, vue du sommet de la motte avec, au fond à droite les restes du mur de l'ancien tribunal. Plus bas, vue du sommet avec fossé apparent et murs de l'ancien tribunal. Plus loin, en contrebas, le long du ruisseau, se trouvait un moulins.

    A quelques dizaines de mètres se trouve une seconde motte. La demeure est devenue inhabitable au 16ème siècle. Les seigneurs du lieu firent construire une maison de justice et des granges pour la perception des redevances. Cette seconde motte mesure 14 mètres de côté et entourée de fossés de 2 mètres de profondeur et larges de 30 mètres. Une grange ou une maison de justice s'y trouvaient.

    la motte de château-vert

    Située à 2 kilomètres au nord du bourg, se trouve une motte en parfait état de conservation. Elle est nommée motte de Château-Vert ou Plessis-Chantemerle.

    C'est une fortification de terre tronconique mesurant 30 mètres de diamètre à sa base, pour 17 mètres sur sa plateforme. Elle possède également une assez grande basse-cour.

    L'ensemble du site est entouré d'un large fossé intermédiaire qui sépare motte et basse-cour.