paray-le-frésil: patrimoine

    le château

    Le château (photo issue d'internet) est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, et est d'époque Louis XIII. Il est construit en briques polychromes. En 1880, Jacques, marquis de Tracy, construisit une aile sur la façade d'arrivée, qui doublait la taille de l'édifice.

    Détruit en grande partie par un incendie en novembre 1968, il fut reconstruit dans ses proportions d'origine, à décor losangé. Le corps de logis principal, de plan rectangulaire, est à deux niveaux et niveau de comble, anglé de deux tours rondes en façade.

    Toutes les ouvertures, portes et fenêtres, sont ornées d'encadrements de pierre blanche. Une haute tour carrée à lanterneau complète l'ensemble. Lors des adaptations cinématographiques des romans de Georges Simenon, des personnalités comme Jean Gabin et Jean Richard passèrent au château.

    l'église saint-didier

    L'église date de 1878, et remplaça l'ancien sanctuaire pourtant rénové au XVIIIème siècle. Elle est construite en brique locale, et elle comprend une seule nef, une abside en hémicycle, et deux chapelles latérales. Baptisée église Saint-Didier, les habitants lui ont préféré Saint-Marc (photo ci-dessous), patron des troupeaux. Ce dernier faisait encore récemment l'objet d'une vénération particulière dans le village.


    En effet, une confrérie, installée dans le village, lui était dédiée. Chaque année, le 25 avril, quatre agriculteurs descendaient le saint de son socle, et l'amenaient en procession, avec la bannière de saint Roch, patron des paysans, jusqu'au château où avait lieu une petite cérémonie.

     A cette occasion, un roi et une reine étaient désignés parmi les jeunes enfants dont les parents avaient, l'année précédente, inscrit le nom sur un registre disposé à l'église.







    Ci-dessous, une des cinq tombes situées face à l'autel principal.



    Autour de l'église, une esplanade de gravier entoure plusieurs vieilles tombes conservées sur l'ancien cimetière. Cet ancien petit cimetière a une valeur symbolique littéraire. Georges Simenon habita le village en 1923 et 1924, en qualité de secrétaire du marquis Destutt de Tracy. Le village est dépeint dans son oeuvre sous le nom fictif de "Saint-Fiacre" dans son roman "L'affaire Saint-Fiacre".  C'est dans le château qu'est situé le cadre de l'enfance du commissaire Maigret, dont le père était régisseur. C'est donc naturellement dans ce même cimetière qu'est censé reposer le père du célèbre commissaire. Ci-dessous, le cadre bucolique de l'ancien cimetière où plusieurs tombes ont été conservées.

    Contre l'église, se trouvent quatre tombeaux alignés où reposent les membres d'une même famille, dont la fille de Victor de Tracy et son époux, Césaire Emmanuel Flavien Henrion de Staal de Magnoncourt (1880-1875).

    personnalités

    Antoine-Louis-Claude DESTUTT de tracy (1754-1836)

    Membre d'une école philosophique des lumières ayant pour objectif d'établir, par la voie de l'enseignement, une société républicaine. Homme éclairé, très en avance sur son temps, fut général de la révolution Française, et député de la noblesse aux états généraux.

    Il se rallia à Bonaparte, et devint, après le 18 brumaire, l'un des trente premiers sénateurs. Initié à la philosophie sensualiste de Locke et de Condillac, il mit au point sa propre doctrine et devint le chef de file des idéologues. C'est d'ailleurs lui qui créa le mot "idéologie".

    Son oeuvre eut une influence réelle sur les philosophes et économistes du XIXème siècle. Membre de l'Académie Française en 1808 et de l'Académie des sciences morales et politiques en 1832. Il fut appelé à la chambre des Pairs par  Louis XVIII.


    victor destutt de tracy (1782-1864)

    Fils d'Antoine de Tracy, proche de la tendance de gauche dont La Fayette était le principal représentant, il fut élu député sous la Restauration.
    Sous la monarchie de Juillet, il fit figure d'opposant modéré. En 1848, il fut élu député à l'assemblée constituante où il siégea parmi les conservateurs, puis fut appelé à la fonction de ministre de la Marine te des Colonies.
    Le coup d'état de Napoléon mit fin à sa carrière.
    Il milita pour l'abolition de l'esclavage, et publia des traités d'agronomie. Il fut également à l'origine de l'amélioration et de la transformation radicale des terres de la Sologne Bourbonnaise par le drainage et le chaulage. Il repose (photos ci-dessous) à l'ancien cimetière de la commune.

    georges simenon (1902-1989)

    De mai 1923 au printemps 1924, il travaille comme secrétaire au service du marquis Destutt de Tracy, et logea au château.

    C'est en ce lieu que se forgea son envie de devenir écrivain, et c'est également là qu'il fera naître "son" commissaire Maigret. D'ailleurs, Raymond de Tracy repéra les talents d'écriture du jeune Simenon, et ne tarda pas à lui offrir une place privilégiée au sein de son journal à Nevers "Paris France", où il signa des éditos, des tribunes, des faits divers.....

    Puis vint le moment où il se décida à aller affronter la capitale, quittant ainsi "ce château sans charme et cette région si peu grandiose".

    Le commissaire Maigret naît en 1931 et il lui donna ses racines dans l'Allier, et cette Sologne Bourbonnaise où, pour l'occasion, le Paray-Le-Frésil du marquis de Tracy se transforma sous la plume de l'auteur sous le nom de "Saint-Fiacre".

    "Un crime sera commis à l'église de Saint-Fiacre pendant la première messe du Jour des morts". Tel est le message reçu par la police de Moulins qui en a averti Paris. Maigret se rend aussitôt sur place, car il a passé son enfance à Saint-Fiacre, dans l'Allier, où son père était régisseur du château. Il assiste à la messe au cours de laquelle la comtesse de Saint-Fiacre meurt.... d'une crise cardiaque. Voilà la trame de ce roman publié en 1932.

    "L'affaire saint-Fiacre" est truffée de références au séjour de Simenon dans l'Allier. Outre le père du commissaire, Evariste (enterré dans le petit cimetière derrière l'église), inspiré du vrai régisseur du château de Paray-Le-Frésil, Pierre Tardivon, on y retrouve l'auberge du village où se cachait Tigy, l'atmosphère glacée des hivers de la Sologne Bourbonnaise, le "Grand Café" de Moulins, rebaptisé "Café de Paris".

    Nombreux furent les acteurs qui incarnèrent le célèbre commissaire. En plus de de Gino Cervi, Charles Laughton, Albert Préjean, Pierre Renoir, Heinz Rühmann, Michel Simon, et Abel Tarride, voici ci-dessous quelques figures ayant participé par leur prestation, à perpétrer la légende du commissaire.

    HARRY BAUR (1880-1943)

    Considéré comme l'un des plus grands comédiens de la première moitié du XXème siècle, il imposa sa personnalité puissante et son jeu tout en finesse.  Ses prestations dans "Poil de carotte", "Volpone" ou encore "L'assassinat du Père-Noël" mériteraient d'être redécouvertes par les jeunes générations. Prisonnier de la Gestapo durant la seconde guerre mondiale suite à une dénonciation, il fut incarcéré et torturé pendant quatre mois. Libéré finalement le le 19 septembre 1942, il ne se remettra jamais des conditions de sa détention et mourra le 08 avril 1943.

    jean gabin (1904-1976)

    Inutile de présenter ce monstre sacré du cinéma Français.

    "Le vieux", comme on le surnommait, prêta ses traits au commissaire à trois reprises.

    Une première fois en 1958 dans "Maigret tend un piège", puis "dans Maigret et l'affaire saint-Fiacre" et "Maigret voit rouge".

    Avec Fernandel, Bourvil et Louis de Funès, il fait partie des acteurs Français ayant attiré le plus grand nombre de spectateurs dans les salles.            

    jean richard (1921-2001)

    Il connut la célébrité en incarnant pendant plus de vingt ans, à partir d'octobre 1967, le commissaire Maigret à la télévision, dans 92 épisodes dont dix-huit en noir et blanc.

    Sa stature imposante, son côté naturellement bourru et lent, sa démarche assurée, et le fait qu'il fume la pipe depuis longtemps, lui ont permis de décrocher le rôle, en dépit du nombre important de candidats.

    Georges Simenon lui prodigue ses conseils, et Jean Richard s'impose très vite dans le personnage.

    C'est le seul acteur au monde à avoir tourné l'ensemble des Maigret, le dernier ayant été diffusé en juin 1990.


    BRUNO CREMER (1929-2010)

    Son visage d'aigle, son regard d'acier, et sa voix facilement reconnaissable en firent un acteur prolifique et reconnu tant au théâtre qu'au cinéma.

    A partir de 1991, il reprend à la télévision le rôle du commissaire Maigret. Après plus de cinquante épisodes, en 2005, sa voix doit être doublée à cause de la maladie, qui le poussera par la suite à mettre un terme à sa carrière.