PARAY-LE-FRéSIL

    présentation de la commune

    superficie de 3 730 hectares - Altitude de 205 à 252 mètres - 386 habitants environ

    Paray-Le-Frésil est une commune parsemée de bois et de plus de trente étangs. Son histoire est intimement liée à son importante seigneurie et, plus tard, à la famille de Tracy, dont Antoine et Victor, père et fils, se sont distingués dans les siècles passés. Par exemple, la seigneurie des Trémiots, fortification de terre, dont reste une motte fossoyée au lieu-dit des "Trémaux", disparue dès le XIVème siècle, avait été édifiée pour y installer le siège d'une seigneurie, dans l'intention de mettre la région en valeur.

    Deux origines latines peuvent expliquer le nom du village: "Paredus Frederici" soit les murailles de Frédéric, ou "Paredus Fraeri" signifiant les murailles des Frères ou des moines. Ces derniers, ne mangeant que du poisson, ont creusé de nombreux étangs: l'étang Notre-Dame, l'étang Paradis.... L'histoire du village a longtemps tourné autour d'une famill venue d'Ecosse, les De Tracy.

    En plus d'Antoine et Victor de Tracy, la commune vit séjourné l'écrivain Georges Simenon en 1923 et 1924 au château, et naître François Voisin le 17 juin 1769, ancêtre de Gabriel et Charles Voisin, pionniers de l'aéronautique et de l'automobile.

    Georges Simenon fit naître son célèbre commissaire Maigret à Paray-Le-Frésil, et son séjour sur le territoire lui inspira "l'Affaire Saint-Fiacre". D'ailleurs, le célèbre écrivain n'hésitait pas à décrire les magnifiques paysages de la Sologne Bourbonnaise, notamment "les larmes avant le bonheur, les mémoires de Maigret, et l'affaire saint Fiacre".

    Le réalisateur Daniel Duval, élevé tout près d'ici, et ayant fréquenté l'école primaire de la commune, tourna plusieurs scènes dans le village pour deux de ses films. De même, enfant, il aimait passer du temps à l'étang Notre-Dame (photo ci-dessus). Quelques scènes du film "Le voyage d'Amélie" furent tournées sur la commune, notamment dans la salle polyvalente, autrefois nommée "Cercle Agricole" (photo ci-dessous). Idem pour le film "L'amour trop fort" où, cette fois-ci, c'est le stade municipal qui fut choisi (photo plus bas).

    La commune possède sur ses terres un site privé non visitable nommé "Les Positots", où une gentilhommière est conçu par un ensemble de bâtiments composites. Le logis principal, restauré au XVIIIème siècle, est un édifice plus ancien, aux combles élevés, couverts d'un toit à croupe et éclairé de lucarnes non identiques. A proximité, une grosse tour carrée, en forme de pavillon, est surmontée d'un clocheton, coiffé à l'impériale.  Dans ce même lieu, se dresse un puits en bois et ardoise du XVIIIème siècle, Il est protégé par un toit composé de deux parties égales en forme de clochetons, et cou_vert d'ardoise-écailles. Ci-dessous, vue de l'entrée du château photo ci-dessous.

    le canal latéral avec l'écluse des rosières

    l'étang notre-dame

    sentiers en sous-bois