saint-clément: patrimoine

    vestiges du château de beauchênes

    Il ne reste du château construit en 1509 par Geoffroy de Balzac qu'une tour découronnée et un amas de pierres qui se désagrègent au fil du temps. Le château de Beauchênes appartient à Jean de Coulonges en 1521. Il passe ensuite entre diverses mains avant d'être acheté, en 1720, par les Brunet d'Evry. Jean-Jacques Rousseau, ami de Joseph d'Evry, y aurait fait plusieurs séjours. L'édifice, mal entretenu, menace déjà ruine. Les terres des Brunet d'Evry sont vendues en 1823. Le château est vendu en 1853 au curé de la paroisse, M. l'Abbé Bletterie pour être démoli. Ses pierres vont servir à la construction d'une partie de la nouvelle église.

    C'était une construction du XVème siècle, longue et étroite, flanquée de deux hautes tours rondes. Le XVIème siècle y avait apporté quelques aménagements, par de grandes baies à meneaux. Il est situé sur la rive gauche de la Besbre, sur l'ancien chemin de Saint-Clément à Laprugne. Son nom lui vient très certainement de la quadruple rangée de beaux arbres qui lui servait d'avenue à travers la prairie. Autres vestiges que nous n'avons pas pu localiser, près du vieux chemin de Ferrières à Saint-Clément, subsistent les ruines de Château-Charmette, parmi lesquelles on peut distinguer "un mur d'enceinte fort épais, aboutissant vers l'angle nord-est à une construction assez vaste, paraissant flanquée de tours".

    la chapelle notre-dame-de-la-salette


    Un grand rocher, d'une hauteur de 50 mètres, surplombe le bourg de Saint-Clément et de la vallée de la Besbre. C'est là que la chapelle Notre-Dame-de-La-Salette est érigée, en 1865, à la suite d'un voeu prononcé par l'abbé Bletterie, curé de Saint-Clément. Elle est remplacée par une nouvelle construction en 1913.

    Tout autour, les statues de Notre-Dame-de-La-salette sont les répliques de celles qui se trouvent sur les lieux de l'apparition de la Vierge à deux bergers de La Salette en Isère. Cette chapelle est un lieu de pèlerinage fréquenté par la population de la Montagne Bourbonnaise.

    Le belvédère offre une vue imprenable sur le village de Saint-Clément, sur la vallée de la Besbre et sur les montagnes qui l'entourent.

    Donc, ce site privé est le lieu de la construction d'une chapelle qui rappelle les apparitions de La Salette, en Isère, le 19 septembre 1846, où la sainte Vierge serait apparue à deux jeunes bergers. En pèlerinage sur les lieux pour quelques jours de retraite dans une sainte solitude, l'ancien curé, M. Bletterie, demande en même temps une grâce à Notre Dame de La Salette. Or, cette bien aimée Mère, qui s'empresse à accéder à nos voeux toutes les fois qu'il y va de la Gloire de son Fils, daigna accorder à ce vénéré pasteur la grâce qu'il sollicitait.

    M. Bletterie fut au comble de la joie. De retour à Saint-Clément, et pour témoigner sa reconnaissance à la Reine du Ciel, il organisa la construction d'une chapelle. Elle fut érigée en 1865. Tous les ans, un pèlerinage s'y déroule en septembre.

    l'église saint-denis

    Cet édifice est construit à l'emplacement d'une ancienne église, sur les plans des architectes Moulinois Mitton et Barnier. C'est une construction en pierre de taille, de style néo-roman, doté d'un haut clocher carré, et surtout orné de verrières particulièrement remarquables, exécutées par l'artiste Taureille. Les rosaces portent notamment des symboles évoquant la Vierge.

    Les vitraux trilobés de la nef, du transept et du choeur représentent des scènes de la vie de la Vierge et de celle des saints.

    Au mois d'août 1760, un enfant trouvé mort le lendemain de sa naissance est aussitôt porté à l'église, devant l'autel Notre-Dame. Les parents adressent des voeux à la Vierge, et le scapulaire est placé sur l'enfant qui, par un prodige inattendu, reprend vie. Toutes les cloches de l'église se mettent à sonner afin d'annoncer ce miracle dont l'abbé Claude Marie Des Essarts, curé de Saint-Clément de 1755 à 1781, donne, par la suite, une relation détaillée. Photo ci-dessous: Vierge à l'Enfant de la fin du XVIème siècle en bois.

    L'édifice possède un mobilier important, dont voici quelques exemples.

    Les vitraux sont en tout point remarquables.

    le plan d'eau

    Pour une journée de détente, cette base de loisirs dispose de plusieurs activités.

    Pour les amateurs de sensations fortes, il vous est proposé des randonnées accompagnées avec votre quad de un à deux jours en Montagne Bourbonnaise, cinq parcours acrobatiques en hauteur dont un parcours famille, et des tyroliennes au dessus du plan d'eau. Le parc aventure est équipé de mousquetons intelligents, ce qui permet de pratiquer l'activité en totale sécurité.

    Pour varier les plaisirs, des activités nautiques sont à votre disposition (barques, pédalos, pirogues, paddle), ainsi que des randonnées pédestres accompagnées au départ de la base dès 5 personnes inscrites les week-ends ou sur réservation. Vous pourrez également profiter d'un parcours d'orientation adultes et enfants, manger au Snack-Bar en saison, ou déjeuner sur les aires de pique-nique. Les animaux sont admis mais doivent être tenus en laisse.

    Un sentier d'interprétation renseigne le public sur la faune et la flore grâce à des panneaux d'informations. L'activité pirogue, le snack, le ponton de pêche et le sentier d'interprétation sont labellisés Tourisme et Handicap.