SAINT-POURçAIN-SUR-BESBRE

    Superficie de 3 299 ha - Altitude de 219 à 286 mètres - 410 habitants environ.

    Pendant la révolution, la commune prit le nom de Besbre-La-Montagne. Auparavant, elle se nommait Saint-Pourçain en l'honneur de Porcinius (VIè) qui serait venu visiter une congrégation de religieuses. Ce dernier était moine du couvent de Montmiret.

    Azelle fut une fortification de terre, siège d'une seigneurie primitive, contrôlant la mise en valeur des sols de la région. Il existait également des mottes aux Collins et à la Fay. De même, Montbayon a été le siège d'une seigneurie primitive qui en a conservé la fortification de terre. Une population assez dense y vivait à l'époque Gallo-Romaine.

    Le Pal, aujourd'hui parc de loisirs et animalier nationalement connu et reconnu, n'a pas été une motte castrale, mais aurait plutôt servi de base à l'ancienne église de la paroisse Notre-Dame du Pal.

    Le territoire de la commune fut habitée dès la plus haute antiquité. Saint-Pourçain a été un centre très actif d'une office de potiers et fabricants de statuettes ou figurines, la plupart féminines, datant de l'époque Gallo-Romaine du IIème siècle avant J.-C. La commune possède dans le bourg une maison à pans de bois (photo ci-dessous), et près du château de Beauvoir, vous pourrez observer le moulin de Beauvoir (photo plus bas).

    Vous pourrez observer l'arborétum scolaire (photos ci-dessous) qui a obtenu le premier prix d'Auvergne en 1995.

    Bien entendu, vous ne pourrez que vous arrêtez pour admirer les deux châteaux qui se dressent sur les terres de la commune. Malheureusement, ils ne sont pas visitables, mais leur architecture et leur jardin ne manqueront pas de vous interpeller. Tout d'abord, le château de Beauvoir (photos ci-dessous).

    Le château de Toury (photos ci-dessous). Goussaut de Thoury (1337-1380) fut seigneur de Saint-Pourçain-Sur-Besbre. Il naquit et mourut dans ce château. Une légende raconte que ce château, de plan pentagonal avec tours d'angle de formes variées, aurait été construit par une fée, toujours murée dans l'une des tours. Au XVIIIème siècle, s'y est séjourné l'amiral de Kerguelen, qui découvrit l'archipel au sud de l'Océan Indien, à qui il a donné son nom.