sorbier: le crime du seigneur des ormais

    En 1683, le seigneur des Ormais, Jean-Louis de Grimaud, assassine le curé du village, Louis Fournier, à la suite d'un différend qui les oppose sur les dîmes. Enfermé dans son château, il soutient un siège contre la maréchaussée avant d'être capturé. Jugé, il est exécuté à Mâcon le 10 janvier 1687. Ses terres sont ensuite adjugées à François Chartier.

    Une croix fut érigée en 1684, situant peut-être le lieu de l'assassinat du curé Louis Fournier. Son meurtrier, Jean-Louis de Grimaud, seigneur des Ormais, fut également soupçonné du meurtre du chirurgien du Donjon, maître François Dereur. Cette croix a aujourd'hui disparu.

    sorbier: le curé réfractaire

    L'Abbé François Garbar, de nationalité Belge, né en 1927, eut un parcours plutôt dissolu, trouvant par exemple, le moyen de se faire enrôler comme aumônier catholique sur un navire Russe! Par la suite, il fut initié par des moines à certaines sciences et rituels.

    Certains dimanche après-midi, la petite église de Sorbier ne désemplissait pas. Par imposition de ses mains, le curé recevait malades, impotents, affligés, et jeunes enfants sur qui les résultats étaient spectaculaires. Et il savait également chasser "les mauvais sorts" sur les troupeaux et les récoltes.

    Il n'échappa pas aux accusations, parfois farfelues, de sorcellerie et de magie noire. Sous les plaintes, sa hiérarchie, prudente, finit par lui dénier ses qualités d'exorciste auto-proclamé. Elle n'en fit pas davantage car le curé avait le soutien de la population, et semblait bénéficier d'un certain nombre d'appuis politiques de divers bords.

    A l'âge de 75 ans, on lui signifia pourtant de mettre un terme à ses activités, ce que le curé refusa tout net en refusant de quitter son presbytère. Et la situation s'enlisa pendant deux ans, jusqu'à ce que la mairesse de l'époque fit savoir que la commune, en tant que propriétaire du presbytère, souhaitait reprendre possession de son bien, surtout qu'aucun successeur à l'Abbé Garbar ne saurait nommé.

    L'Abbé s'exécuta, et alla loger ailleurs dans le bourg, tout en continuant, malgré l'interdiction qui lui en avait été faite, ses pratiques de thaumaturge. Il mourut d'une crise cardiaque le 29 janvier 2009 en laissant la population divisée sur sa personne. Les uns se rappelant ses bons mots et ses bienfaits, les autres le considérant plutôt comme un charlatan.

    sorbier: quelques vues pendant votre circuit