trézelles: patrimoine

    l'ancien château

    Le porche ci-dessus est l'un des derniers vestiges d'un château avec jardin en terrasse, orné de jets d'eau, mentionné dans un ancien plan du village. Il marque l'entrée dans la cour de l'édifice, désormais détruit, dans laquelle des maisons particulières se sont construites. Ce porche en plein cintre est datable du XVIIème siècle. Des meurtrières, dont il subsiste un exemplaire à gauche de la porte, protégeaient l'entrée. Il subsiste également deux des quatre tours qui flanquaient les angles de ce château, ainsi que deux des pavillons qui les prolongeaient en façade. Trezelles "semble avoir été autrefois une ville close, comme il se voit par de vieilles vestiges".

    le château de villard

    Le château de Villard est bâti sur l'emplacement de l'ancienne seigneurie de Villars. Le premier seigneur connu est Jean de Villars, qui possède en 1300 le domaine éponyme. Ses descendants en héritent jusqu'au début du XVIème siècle, période à laquelle est construit l'édifice actuel. Cette demeure fut cependant très remaniée au XIXème siècle. De plan rectangulaire, elle présente une façade cantonnée aux angles de deux tours circulaires, dont l'une a un diamètre inférieur à l'autre. Son pigeonnier est surmonté d'un lanternon. Merci à Madame et Monsieur Desmart pour leur accueil.

    le manoir des quillets

    Le manoir des Quillets de style Louis XIII, remplace un édifice primitif détruit pendant la guerre de Cent Ans, alors dépendance de Villard et propriété de la famille Quillet. En 1682, après avoir fait construire une tour et un colombier, les propriétaires sont accusés par Bernard de La Guiche Saint Gérald d'usurpation féodale. En 1705, après de longues discussions, ils obtiennent de Claude de La Guiche, gouverneur du Bourbonnais, l'autorisation de conserver leur construction. Précédée d'une cour encadrée de deux tours rondes, l'habitation est composée d'un pavillon central rectangulaire, augmenté dans le prolongement des façades de deux ailes plus basses en retrait. Merci à Madame et Monsieur TIERSONNIER pour leur accueil.

    l'église saint-barthélémy


    L'église SAINT-BARTHELEMY
    possède un clocher carré. De plan cruciforme, l'édifice se termine par une abside en hémicycle. Des fragments de mosaïque, datant de l'époque romane, y ont été découverts par Esmonnot en 1843, lors de travaux exécutés dans le choeur.

    Ces fragments , déposés ensuite au musée de Moulins, représentent des colombes buvant dans un calice et des griffons. Jusqu'au milieu du XIème siècle, l'église primitive appartient à part égale à Guillaume de Jaligny, abbé de Tournus, et à son frère, Falcon. En 1056, ce dernier la cède entièrement à l'abbaye.

    Les colonnes de la nef et l'entourage des baies sont en pierre dorée. Le chemin de croix, décrit en tableaux, est de la fin du 19ème siècle, et a été restauré en 1996.



    Ci-dessous tableau représentant la Descente de Croix, huile sur toile du XVIIIème siècle. Le thème de la Descente de Croix apparaît dans l'art Chrétien au IXème siècle. C'est Joseph d'Arimathie qui obtient de Pilate la permission d'enlever le corps du Christ de la croix. Il est aidé de Nicomède. Au fil des siècles, les représentations de cette scène s'enrichissent de la présence de Marie, puis celle de Madeleine.

    la maison forte de trezuble

    Trezuble ne fut jamais le siège d'un château important, mais plutôt d'une simple maison forte. Toutefois, la tour dont il est flanqué, ses fossés encore visibles, et à l'intérieur, deux belles cheminées sculptées ne peuvent que lui donner une allure féodale. La construction ne se distingue plus que par une tour ronde qui flanque dans un angle le corps de logis quadrangulaire à un étage, construit à colombages.

    l'ancienne paroisse de floret

    Ancienne paroisse rattachée à Trézelles, Floret était le siège d'une seigneurie, pour laquelle la documentation nous fait défaut. Toutefois, un prieuré dédié à la sainte Croix y a été fondé. De nos jours, il subsiste également le vestige d'une ancienne maison forte, transformé au XVIIème siècle (1671), flanquée d'une tour en façade. A proximité, une autre maison intéressante, à pans de bois, accostée d'une tourelle, montre l'importance du lieu.