varennes-sur-têche

                        

    Superficie de 1873 ha - Altitude de 258 à 380 mètres - 257 habitants environ.

    L'origine du nom de la commune est Varenna, qui signifie "friche". Vers 1270, elle se nomme Varenis Super Teschian, soit "friche au-dessus de la tête". Les terres portant le nom de Varennes étaient généralement giboyeuses, ce qui expliquerait une présence humaine sédentarisée très ancienne, proche du castelperronien.

    Quelquefois, pendant les travaux des champs, on retrouve des schistes taillés en forme de bracelets. De même, des empierrements de voie romaine étaient visibles sur un chemin allant des "Vessets" aux "Rémondins", et continuant par Chavroches.

    Le maire de la commune en 1920, Monsieur Pible Georges, fit ériger le monument aux morts au dessus d'un four de poteries gallo-romaines pour le protéger. En effet, les enfants allaient y jouer et, de ce fait, détérioraient le site.

    Au sud de la commune, sur l'éminence qui domine le domaine de Beaumont (photo ci-dessous), s'élevait une maison forte tenu en fief en 1243 par Aymond de Vallières. Il existait également à cet endroit une fondation religieuse appartenant à l'abbaye de Mauzac. En 1649, la marquise de Coligny-Saligny, dame de Précord, obtient l'autorisation de faire détruire la chapelle en ruine qui se situe sur la motte de Cost, à condition d'en transférer le service dans la chapelle du château de Précord.

    Ancienne gare.

    Ancien presbytère.

    De la seigneurie de Montmérand (photo ci-dessus), il ne subsiste que l'emplacement encore marqué par le terrassement de la butte sur laquelle étaient construits les anciens bâtiments, décrits comme étant "un vaste corps de logis couvert de tuiles et accosté de deux ailes, le tout entouré de fossés plein d'eau".

    Le lieu-dit "La Motte" (photo ci-dessous), nom significatif d'une motte castrale d'époque féodale, est encore occupé par un tertre artificiel. Ce dernier supportait un château dont il ne reste plus aucune trace. Les matériaux ont été utilisés, en partie, dans la construction du château proche de Précord.

    Le lavoir, construit sous Napoléon en 1800, est alimenté par le ruisseau le Mardeliau.

    Le passage du maréchal-ferrant, de 1900 en bois, a été utilisé jusqu'à l'arrivée des tracteurs dans les années 1950.



    Le pont en fer de 1893 ci-dessous a été utilisé comme ligne de chemin de fer "Dompierre-Lapalisse", ouverte le 26 octobre 1893, et fermée le 01er juin 1939. Il n'est pas scellé sur des piliers, mais sur de gros galets.

    Ancien moulin.

    Ancienne pompe à bras.