villeneuve-sur-allier: patrimoine

    voies romaines et vieux chemins

    De la locaterie de Lucenat, jusqu'à Villeneuve, l'ancienne voie devait se tenir à l'est de la Nationale 7. Un ancien tracé, derrière le chevet de l'église, indique probablement un passage. Un Hôtel-Dieu, cité au XIVème siècle, existait au nord de la commune, sur le grand chemin. Il est admis qu'une maladrerie s'élevait sur l'emplacement même du bourg. Au sud de Villeneuve, il semble que la voie antique continuait en ligne droite, suivant le corde de l'arc que décrit la route nationale.

    le château du riau

    Le château du Riau, à l'origine, était une maison forte établie sur une motte carrée. C'est Anne de Beaujeu, fille de Louis XI, qui acquit un petit château du XIVème siècle. Au XVème siècle, sur les fondations de l'antique château, est construite une luxueuse demeure à l'initiative de Charles Popillon. La façade du château rompt avec la tradition locale des motifs losangés, mais utilise la pierre fine des calcaires des châteaux de la Loire. Au XVIIIème siècle, sont ajoutées les deux ailes latérales, qui occupent toute la longueur de l'ancienne motte. A l'intérieur du bâtiment, sont exposés une impressionnante collection de toiles impressionnistes d'Emmanuel de La Villéon, et de nombreux souvenirs de famille. Classé aux Monuments Historiques en 1943.

    La monumentale porte fortifiée date des aménagements effectués au début du XVIème siècle. Le bâtiment à étage domine les douves, et porte les traces d'un ancien pont-levis. La porte est encadrée de deux tours rondes à décors losangés, couronnées de toitures en ardoises, à l'image du bâtiment principal. Ce souci de fortification de la part du propriétaire d'alors est un indice d'insécurité latente, mais peut-être aussi un moyen d'affirmer son titre de baron, qu'il fut le premier à porter.

    Tilleul tri-centenaire.

    Armoiries. Ci-dessous, la chapelle à gauche du porche.

    Ce pigeonnier, du XVème siècle, se dresse à l'angle de l'enceinte close du château. sa fonction première, qui indique l'importance de la propriété, se double d'un caractère défensif.

    Intérieur de la chapelle avec son autel daté de Louis XIV et vue du colombier avec les douves.

    La grange aux dîmes, de 1584, est un important bâtiment à colombage qui servait autrefois à entreposer les diverses impositions seigneuriales dues en nature aux seigneurs de cette propriété. Une poutre porte la date de construction de l'ensemble, et le nom du charpentier chargé de son édification (Nicolas Roger). Elle comprend deux étables basses, séparées par un couloir central, jadis réservé aux chariots à foin. Un escalier extérieur permet l'accès à l'étage et aux combles. Classée Monument Historique.

    INFORMATIONS GENERALES

    Visite guidée tous les jours, sauf les samedis en juillet et septembre, de 14h30 à 18h30. Groupe sur rendez-vous toute l'année.

    Tél.: 04-70-43-34-47 ou 06-81-66-59-74 ou chateau.du.riau@gmail.com

    Site internet: http://www.chateau-du-riau.com/

    D'élégantes chambres d'hôtes vous sont également proposées dans cette maison de charme et de caractère où vous serez séduits par la simplicité de l'accueil, le raffinement, le charme et l'authenticité du lieu.

    le château de villars

    Le château de Villars comprend un pavillon central, de la fin du XIXème siècle, encadré en retrait par des bâtiments plus anciens (XVIIème). Cet édifice se dresse sur l'emplacement d'un château primitif, possession de l'une des branches de la famille Breschard au XIIIème siècle. C'est ici que naquît Pierre de Belleperche, de son vrai nom Pierre de Breschard de Villars, fondateur du village.

    le château de la baleine

    Le château de la Baleine remplace un édifice primitif, élevé à la fin du XIVème siècle. Le bâtiment actuel est conçu sur les plans du château primitif, dont il conserve l'emplacement et les dimensions. La partie centrale date de 1750, et les deux ailes de 1800 et 1860. Classé Monument Historique en 1993.

    Le petit-fils d'Aglaë Doumet-Adanson, prénommé Paul-Napoléon, fait aménager au château deux longues galeries pour abriter les collections de son père et de son grand-père. Un abreuvoir est installé sous cet aménagement qui renferme  des objets variés, datant pour certains de la preéhistoire. Plusieurs science y sont présentées, parmi lesquelles l'ethnographie, l'ichtyologie, ou encore la minéralogie. A la fin du XIXème siècle, cette collection est la plus importante de France, après celle du Muséum national de Paris.

    La chapelle du parc de baleine, de la fin du XIXème siècle, à fronton triangulaire, est édifié à l'initiative de Paul-Napoléon Doumet-Adanson pour sa grand-mère Aglaë. De nombreux fossés et autres canaux artificiels ont été creusés pour assurer l'irrigation du parc. Classée Monument Historique en 1993.

    Aglaë Adanson crée l'arboretum de Baleine en 1804. Ce parc floral et botanique, l'un des premiers d'Europe, compte maintenant plus de 1 200 espèces de végétaux. Il s'agit du plus ancien parc botanique et floral privé Français. Le visiteur trouvera profusion d'arbres inconnus sous nos latitudes: des arbres d'Amérique, d'Asie, du Japon, de Chine, des USA. Les séquoïas furent les premiers introduits en Europe. En mai, la vue est particulièrement belle avec de magnifiques massifs de fleurs. En octobre, les colorations sont flamboyantes.

    quelques vues de L'ARBORétum

    l'église notre-dame-de-recouvrance

    L'église Notre-Dame-de-Recouvrance, construite en 1904, remplace l'antique chapelle Notre-Dame-de-Recouvrance.

    Notre Dame-de-Recouvrance, en pierre, du XVème siècle (non photographiée)

    Seules les têtes de la Vierge et de l'Enfant Jésus se détachent d'un bloc de pierre.

     Autrefois, une coutume voulait qu'à la mort d'un nouveau-né non encore baptisé, les parents présentent le petit défunt à cette Vierge, dite "des répits".
    La tradition rapporte que les enfants montraient alors miraculeusement quelques signes de vie, permettant leur baptême effectif.

    logis du xviiième siècle

    A La Malmotte, nom qui suggère un ancien emplacement féodal, se trouve un logis rectangulaire datant du XVIIIème siècle, pourvu d'une tourelle carrée sur la façade arrière.

    logis du xviième siècle à pans de bois

    Au lieu-dit La Grange, se trouve un logis rectangulaire, délimitant avec ses communs à pans de bois une cour intérieure. L'ensemble date de la fin du XVIIème siècle.